Tout savoir sur la certification RGE pour les entreprises

Depuis 2011, l’ADEME et l’État ont introduit la certification RGE. Elle permet à un professionnel d’être Reconnu Garant de l’Environnement. Le label RGE concerne les professionnels dans le domaine du bâtiment et il a pour objectif d’améliorer la qualité de leurs prestations et de leurs compétences. Obtenir cette mention est aussi une solution intéressante pour les entreprises de construction car elle les aide à se distinguer des autres. Alors quels sont les différents types de label RGE ? Comment devenir un professionnel RGE ? Nous répondons à toutes vos questions à travers cet article.



Qu’est-ce que la certification RGE ?

La mention « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE) est une désignation correspondant aux entreprises et au artisans du bâtiment qui se spécialisent dans les missions d’efficacité énergétique et qui se servent des énergies renouvelables. Ce label est un gage de qualité qui permet de valoriser les aptitudes et la maîtrise de l’entreprise ou de l’artisan. La certification RGE renforce par la même occasion la relation de confiance entre le client et l’artisan ou l’entreprise, ce qui lui permet de décrocher de plus en plus de contrats importants. Un professionnel ayant le label RGE a la possibilité de faire profiter ses clients des différentes aides à la rénovation énergétique. En outre, depuis le 1er Janvier de l’année 2015, ce sont uniquement les travaux effectués par des artisans ou entreprises RGE qui ont la possibilité d’être financés par l’Eco-prêt à 0 taux ainsi que le crédit d’impôt développement durable.

Comment obtenir le label RGE ?

Pour avoir accès à la certification RGE, le professionnel, l’entreprise ou l’artisan doit pouvoir répondre à quelques critères. Avant tout, il est indispensable de justifier les différentes obligations légales et administratives en ce qui concerne l’assurance. Puis, il est essentiel de dénommer un responsable opérationnel et technique et justifier ses aptitudes à travers une formation. Pour prétendre au label RGE, il est aussi nécessaire que le spécialiste ait déjà réalisé au minimum 2 chantiers terminés au cours des 4 années précédentes, dans le domaine de l’activité pour laquelle il souhaite obtenir la labellisation RGE. Le spécialiste devra également se soumettre à un audit de chantier au cours des deux années qui suivent la demande de certification. S’il s’agit d’une sous-traitance, il sera nécessaire de faire appel à des entreprises disposant du label RGE.



Quels types de travaux sont concernés par la mention RGE ?

Les travaux concernés doivent impérativement se rapporter à un standard élevé de performance énergétique. Cela s’adresse tout particulièrement à la fourniture ainsi qu’à l’installation des équipements, d’appareils d’isolation et de matériaux.

Parmi les travaux spécifiques d’installation, on peut par exemple citer :

– La pose d’échangeurs de chaleur souterrain des différentes pompes à chaleur géothermiques ;

– La mise en place des pompes à chaleur ;

– L’aménagement de matériaux d’isolation thermique pour les parois opaques ;

L’installation d’équipements de fourniture d’eau chaude sanitaire ou d’appareils de chauffage alimentés à l’énergie solaire ;

– La mise en place d’appareils de chauffage ou de fourniture d’eau chaude alimentés au bois ou par d’autres biomasses ;

– L’installation d’équipements d’isolation thermique des parois vitrées ainsi que de volets isolants ;

– L’aménagement de chaudières à micro-cogénération gaz ou à condensation ;

Quels sont les diverses qualifications RGE ?

– Qualibat : Il s’agit d’une mention accordée aux entreprises qui effectuent des travaux dans de nombreux domaines, à condition que ces missions soient liées aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. Cette certification RGE assure aussi la délivrance des marques mises en place par les principales organisations professionnelles, à savoir Les Pros de la Performance Énergétique pour ce qui est de la FFB et Eco Artisan en ce qui concerne la CAPEB.

– Qualifelec : Cette qualification est attribuée aux entreprises effectuant des travaux électriques engagés dans l’efficacité énergétique ainsi que dans les installations d’énergies renouvelables.

– Qualit’EnR : Cette certification RGE est délivrée aux entreprises qui effectuent des installations d’appareillages associés aux énergies renouvelables. Selon le type de travaux, il peut s’agir de la qualification Quali’Forage, Quali’Pac, Quali’Bois, Quali’PV ou encore Quali’Sol.

– Céquami : Il s’agit d’une mention attribuée aux entreprises qui réalisent des travaux de rénovation importante en cas de rénovation énergétique intégral de la maison.

– Certibat : Cette qualification est attribuée aux entreprises du bâtiment proposant des offres intégrales de rénovation énergétique.



Quelle est la procédure pour avoir le label RGE ?

1- La première chose à faire est de sélectionner le signe de qualité se rapportant à l’activité que vous réalisez.

2- Pour profiter de la certification RGE, il faudra également suivre une formation spécifique afin de proposer des services de qualité.

3- Une fois que l’équipe toute entière au sein de l’entreprise a bénéficié d’une formation complète, il est temps de commencer la démarche de qualification en prenant contact avec le ou les organismes retenus. Il faudra compléter quelques critères (techniques, juridiques, administratifs, financiers, légaux).

4- Une fois le certificat obtenu, il sera nécessaire de conserver la qualification reçue pendant 4 ans. En recevant le label RGE, l’entreprise sera naturellement référencée au niveau des particuliers.

5- A ce stade, il ne reste plus qu’à réussir le contrôle de réalisation. Ce contrôle sera réalisé dans un délai de 2 ans après l’obtention du certificat. Il sera réalisé sur un chantier par l’organisme de qualification ou de certification RGE.

(Visited 7 times, 1 visits today)